Une pratique

Le Iaïdo, des Kata issus des Samouraïs

Tsuki ate Iaido500Les mouvements codifiés sont appelés kata; des scénarii précis où de probables adversaires se rencontrent dans un contexte chaque fois différent. Néanmoins, le Iaïdo est une pratique individuelle, sans partenaire direct, dans cette symbolique du miroir : être face à soi même.

Une pratique sereine, faite de concentration mais physiquement exigeante. Le maintien des jambes et des hanches pour orienter précisément la lame tonifie considérablement le corps. Les exercices de base sont pratiqués sans négliger le moindre détail, une fois acquise cette base solide, les techniques avancées pourront être abordées.

Le Iaïdo est une pratique qui pointe l'importance de l’axe vertical et du centre du corps : les mains du pratiquant sont réunies sur le pommeau du sabre ainsi le corps se structure grâce à l’importance de la posture. Cette pratique bien menée ne provoque aucun traumatisme, et peut se poursuivre sans problème jusqu'à un âge avancé.

Le Iaïdo est aussi une pratique collective à travers l'étude du rythme appelé Ki Awase. Il convient de suivre exactement le rythme du professeur ou d'un élève avancé pour développer sa capacité à s'harmoniser de façon instantanée; l'adaptabilité étant indispensable lors d'un duel.

Le Iaïdo se pratique à genoux (seiza), en assis spécifique (taté hiza) ou debout (tachi iaï).
Même si la coupe reste l’expression prédominante au sabre, dans certains katas, la frappe avec la poignée du sabre est utilisée. Chaque kata est composé de quatre phases principales :

  • Nuki tsuke: dégainer et menacer
  • Kiri tsuke: coupe principale
  • Chiburi : ôter le sang de la lame
  • Noto : rengainer la lame dans le fourreau

Il existe trois séries de katas, et à chaque série correspond un niveau de maîtrise :

  • Shoden : c’est la série de base permettant la recherche de la simplicité (étude des bases)
  • Chuden: c’est la série de katas pour la recherche de l’élégance (étude de la maîtrise)
  • Okuden: c’est la série pour la recherche de l’efficacité (étude approfondie)

Il existe également une série supplémentaire Sété Iaï : c’est une compilation de kata de différentes écoles, modifiée régulièrement par la fédération japonaise. Cette série est étudiée pour présenter des grades.

Le Iaïdo, les attitudes soutenant la pratique

Le caractère formel du cérémonial (Reishiki) aide le pratiquant à se concentrer, mais aussi à s’exercer sans risque de blessure lors d'une pratique pas encore maîtrisée : le corps enregistre les mouvements de base, la répétition créée du ressenti sans se mettre en danger. Le caractère codifié du Reshiki doit évoluer vers la pleine conscience et l’autonomie. On parle alors de Reigisaho, respect de soi-même, des autres et de l’environnement.

Les saluts, la méditation (mokuso) sont autant de pratiques exerçant la posture, la respiration et la présence.

La pratique de ces kata nécessite l'expression de notions essentielles  :

  • Zanshin : une vigilance active avec un plein ressenti de l'espace;
  • Seme : la menace associée à la capacité de réaction instantanée;
  • Metsuke : un regard élargi  permettant une perception visuelle large;
  • Kokoro : le cœur, l'esprit, l'audace, l'honnêteté, la sincérité, l'authenticité.

Respect de l’étiquette, patience, coordination totale de l’être, puissance intérieure, humilité sont les qualités qui caractérisent, entre autres, la progression du pratiquant de Iaïdo.